IMAGE BLOG RADIOCOMMANDE ET RECEPTEUR RC DRONE 3D

La compatibilité de la radiocommande avec le récepteur

Comprendre la radiocommande 

La radiocommande* est le système indispensable pour piloter et contrôler tout engin radiocommandé à distance. La commande s’effectue grâce à la transmission d’ondes radioélectriques appelées également ondes hertziennes.

Concernant le drone, la radiocommande permet de réguler la vitesse, de contrôler chaque mouvement du drone comme le tangage, l’élévation, le lacet ou le roulis.

Concernant la composition du système de commande, il faut nécessairement un émetteur radio. Celui-ci se trouve normalement à l’intérieur du boitier de radiocommande. Appelé TX, cet émetteur radio permet de convertir les signaux électriques en signaux radio, sur la fréquence réglementée des 2,4 GHz.

Ensuite, pour la transmission du signal entre la radiocommande et le drone, il faut nécessairement un récepteur, également connu sous le terme RX. Il s’agit d’un composant électrique fixé sur le drone qui reçoit les ordres du pilote en provenance de la radiocommande et les transmet au contrôleur de vol.

L’émetteur et le récepteur doivent nécessairement être compatibles pour pouvoir fonctionner ensemble. Cette compatibilité dépend de deux données : le protocole de communication radio et la fréquence d’émission.

Le protocole de communication radio : langage entre l’émetteur et le récepteur

 

Lorsque l’on s’équipe d’une nouvelle radiocommande, la principale difficulté est sa compatibilité avec le récepteur au niveau du langage : les deux éléments doivent communiquer ensemble.

Chaque marque de radiocommande utilise son protocole d’émission radio. En outre, certaines marques peuvent proposer plusieurs protocoles radio suivant le récepteur radio associé. Il n’est donc pas possible d’associer n’importe quel récepteur avec n’importe quelle radio. Cela complique largement la situation.

Parmi les protocoles de communication les plus connus, FrSky nous propose le D8, D16 ou encore le LR12. Avec Spektrum, nous connaissons le DMS, DSM2 ou encore le DSMX. La marque Futaba nous propose le FASST ou le FASSTEST. Chez FlySky, les protocoles de communication les plus connus sont AFHDS 2A et AFHDS.

L’existence de traducteurs : les modules

Pour rendre l’émetteur compatible avec le récepteur du drone, certaines radios proposent une baie à modules. Cette baie permet d’insérer un module pour communiquer avec différentes marques de récepteurs. Ainsi, le pilote devra désactiver l’émetteur intégré dans sa radiocommande et activer le module.

Ce module pourra permettre également d’augmenter la portée de transmission. C’est le cas du module Crossfire de chez Team BlackSheep : outil de transmission des ordres de la radiocommande avec une très grande portée (long range).

Radiocommandes multiprotocoles

 

Une autre solution pour pallier à ce problème de protocole de communication : la radiocommande avec émetteur multiprotocole intégré.

Tel est le cas de la radio JUMPER T16. Le concepteur JUMPER a intégré le module multiprotocole à l’intérieur de la radio. Cette radio permet donc de contrôler une multitude de récepteurs.

Dès lors que la compatibilité linguistique est acquise, l’émetteur et le récepteur doivent communiquer sur une même fréquence d’émission. La procédure d’appairage doit être effectuée.

L’appairage ou le binding du drone sur la même fréquence d’émission

 

De nos jours, la transmission radio est exploitée dans divers domaines (militaire, naval, télécommunication…). Ainsi, concernant le contrôle à distance, il a fallu éviter les interférences et fixer des règles pour permettre un partage des ondes radios.

En France, la bande de fréquences 2,4 à 2,4835 GHz (gigahertz) est officiellement reconnue pour les radiocommandes des multirotors. Ainsi, les amateurs d’aéromodélisme ont approuvé la bande de fréquence 2,4 GHz et abandonné progressivement les anciens systèmes. Toutefois, cette bande de fréquences n’est pas seulement liée aux radiocommandes. Elle est largement utilisée par de nombreux autres types d’appareils, tels le Wi-Fi, le Bluetooth, les appareils domotiques, les babyphones, les réseaux informatiques sans fil…

Ainsi, des interférences peuvent freiner la communication entre la radiocommande et le drone, notamment en zone urbaine.

La procédure d’appairage appelée également « binding » consiste donc à connecter ensemble l’émetteur et le récepteur (à les synchroniser) afin qu’il se reconnaissent et communiquent sur la bande de fréquences des 2,4 Ghz.

Cela garantit une meilleure immunité aux interférences pouvant être causées par les autres émetteurs et récepteurs utilisés à proximité. Cela évite la perte de liaison pouvant entrainer un crash et/ou une perte de son drone.

Il convient de noter que les systèmes d’émission Long Range ne fonctionnent pas sur la même bande de fréquence. Par exemple, le Crossfire de la Team BlackSheep ou le module R9M de FrSky se règlent sur la bande des 800/900 MHz.

Les procédures d’appairage sont distinctes suivant les marques de radiocommandes et même suivant les modèles d’une même marque. Pour connaitre les manipulations à effectuer, il convient simplement de lire la notice et de s’y conformer.

Menu

Copyrighted Image