Blog Comment choisir son drone avant l’achat ?

Comment choisir son drone avant l’achat ?

CHOISIR SON DRONE – LE CHOIX DU DRONE BASÉ SUR SON UTILISATION : LES DRONES DE LOISIR, LES DRONES RACER OU LES DRONES PROFESSIONNELS

Les drones de loisir

De toute évidence, ils sont utilisés par les particuliers à des fins de loisir. Ces amateurs passionnés par les drones sont parfois appelés des dronistes.

Ainsi donc, les drones de loisir sont adoptés pour se divertir et pour le simple plaisir de voler. L’exemple le plus significatif est l’utilisation des drones avec caméra embarquée. De fait, les utilisateurs peuvent réaliser de prises de vues aériennes vidéo ou photographiques, y compris dans les paysages inaccessibles. A l’heure actuelle, ces drones avec caméras sont les drones les plus vendus.

Les drones peuvent intégrer divers systèmes comme un système GPS facilitant le pilotage, ou le module d’évitement d’obstacles.

Certains types de drones intègrent directement la caméra. Prenons le cas du Mavic 2 de DJI qui intègre une caméra Hasselblad. Les drones utilisés à des fins ludiques sont de très loin les plus nombreux.

La majorité des drones est équipée d’un système « First Person View » ou FPV pour profiter d’un vol en immersion. Le pilotage en immersion consiste à diriger le drone, grâce à une radiocommande et un casque ou des lunettes FPV. Cette technologie permet au pilote de visualiser en direct la vidéo diffusée par une caméra embarquée fixée sur le drone. C’est pourquoi l’expression « vol en immersion » est utilisée. Le retour vidéo durant le pilotage peut se faire sur un écran de contrôle (appelé également moniteur) comme un smartphone ou une tablette. Toutefois l’utilisation de lunettes FPV permet une immersion plus réaliste et plus sensationnelle. La qualité actuelle d’image vidéo renforce ainsi l’expérience de vol en immersion.

Les drones racer

Les quadricoptères équipés du système FPV sont souvent utilisés pour la pratique du drone racing ou FPV Racing. Autrement dit, il est question de courses de drones. On appelle ce type de drone : « drone racer ». Cette discipline en plein essor met en compétition divers pilotes qui doivent parcourir un circuit à toute vitesse. Leur but consiste à franchir des points de passage obligatoires tout en devançant les concurrents.

Les pilotes disposent de lunettes FPV spécifiques offrant vitesse, stabilité et clarté optimales pour la vidéo FPV.

Certaines radiocommandes ont été conçues spécifiquement pour le drone racing, à l’instar de la Jumper T16 ou de FrSky Taranis.

Qui plus est, toute une panoplie de pièces détachées sont disponibles pour augmenter les performances des drones racer : châssis, ESC, contrôleur de vol, carte de distribution, moteurs, hélices…

Les amateurs de vitesse et de sensations fortes trouveront satisfaction avec ce multirotor dédié à la course.

Une autre discipline liée au FPV racing se démocratise : le FPV freestyle qui attire les amateurs d’acrobaties aériennes.

Les drones professionnels

L’utilisation des drones dans le domaine professionnel est en plein essor.
Effectivement, la configuration des drones est modulable : un drone peut embarquer une caméra, un appareil photo, un compteur Geiger, un sonomètre, un LIDAR, une caméra infrarouge, une caméra thermique… Aussi, cette adaptabilité permet l’utilisation des drones pour des missions très diversifiées.

D’une façon générale, la grande majorité des drones professionnels est équipée d’un système FPV.

De nombreux secteurs d’activités ont recours aux drones. Il suffit de prendre pour exemples, les secteurs ci-dessous développés.

  • Le domaine de l’audiovisuel : Les prises de vues aériennes réalisées par un drone sont en pleine expansion dans les productions cinématographiques ou les médias. Cette pratique permet l’économie d’une location d’hélicoptère pour capter des vues aériennes.
  • Le secteur sanitaire : Avec les drones-défibrillateurs, les drones-ambulances ou encore les drones livreurs de produits médicaux, la santé innove pour répondre aux besoins actuels de la société.
  • Le domaine de la sécurité : Le domaine de la sécurité et de la surveillance fait également appel aux drones (par exemple, pour surveiller des sites industriels).
  • Les secteurs de l’agriculture et de la viticulture : Les agriculteurs font usage des drones pour diverses fins, comme l’épandage d’engrais ou la réalisation de cartographie agronomique.
  • La topographie : Des relevés topographiques peuvent être établis par un drone avec précision et rapidité.
  • L’immobilier : Les photos et vidéos aériennes sublime et permet de promouvoir un bien immobilier.

CHOISIR SON DRONE – LE CHOIX DU DRONE BASÉ SUR LE TYPE DE VOILURE : LES MULTIROTORS ET LES VOILURES FIXES

Les deux types principaux de drones sont les mutirotors* et les voilures fixes (incluant les ailes volantes).

Les drones à voilures fixes sont des drones constitués d’ailes fixes assurant la portance requise pour soutenir le vol. Ce type de drone présente des avantages en termes d’autonomie de vol en raison de sa capacité à planer sans utiliser les moteurs. Ils sont utiles également pour atteindre de hautes altitudes.

Le multirotor est un aéromodèle radiocommandé à voilure tournante constitué de dispositifs de propulsion avec hélice. Son principal avantage est sa capacité à décoller verticalement et à atterrir en douceur.

Le multirotor le plus répandu est le « quadrirotor », appelé aussi « quadricoptère » : il est constitué de quatre bras, de quatre moteurs avec quatre hélices. Il s’agit du multirotor le plus populaire, avec une construction simple et une utilisation polyvalente. Il est couramment utilisé pour les loisirs et notamment pour la pratique du drone racing.

Au-delà de ces deux possibilités, il existe également des drones basés sur une configuration d’aile de parapente ou de ballon dirigeable. Toutefois, les drones à voilure tournante restent les plus majoritaires et les plus populaires.

CHOISIR SON DRONE – LE CHOIX DU DRONE BASÉ SUR SES DIMENSIONS ET POIDS

Pour les drones à usage de loisir, la taille des drones est extrêmement variable. Elle est déterminée par la taille du châssis, c’est-à-dire la structure de base qui accueille les divers composants du drone. Cette mesure est généralement exprimée en pouces et correspond au diamètre du plus grand cercle qui passe par tous les moteurs (ou diagonales d’entraxes moteurs).

Les drones de taille moyenne, allant de 5 pouces à 7 pouces (d’environ 20 cm à 40 cm d’envergure), sont les plus courants et les plus maniables. Ils sont plus légers et plus rapides. Ils sont donc particulièrement appréciés pour la pratique du FPV Racing.

Pour cette gamme de dimension, le choix des pièces est plus étendu.
Il existe les nano-drones ou micro-drones qui tiennent dans la paume de la main et ne pèsent qu’une vingtaine de grammes. Ils permettent de voler en intérieur en passant par tous les recoins. Actuellement, Tiny Whoops, Cinewhoops, Toothpicks font fureur auprès des pilotes FPV.

A l’inverse, il existe les drones X-Class : ce sont des drones de courses géants dont la taille est comprise entre 800 et 1200 mm. Les dimensions du drone déterminent naturellement le poids de l’engin radiocommandé.

Du côté des drones à usage professionnel, les dimensions et poids sont souvent plus imposants car la mission qui leur est confiée leur impose l’embarquement de matériel assez varié, comme des capteurs de photogrammétrie.

Choisir son drone – Le choix du drone basé sur le montage et les configurations à effectuer avant sa mise en fonctionnement

Dans sa démarche d’achat d’un drone de loisir, l’acheteur est confronté à diverses terminologies : drones RTF (Ready to fly), drones BNF (Bind and fly), drones PNF (Plug and fly) et drones ARF ( Almost ready to fly).

Drones RTF

Étiquetés comme « prêts à voler », l’acheteur n’a aucun montage ou configuration spécifique à effectuer sur les drones RTF. Ils sont adaptés aux débutants. Ces derniers auront tout de même quelques manipulations élémentaires à accomplir telles que recharger les batteries ou fixer les hélices.

Drones BNF

Les drones dénommés BNF, signifiant « connecter et voler », sont livrés sans télécommande. L’acheteur devra ainsi utiliser une radiocommande qu’il possède déjà ou acheter une nouvelle radiocommande. Il faudra faire attention à la compatibilité de l’émetteur et du récepteur : le protocole de ces deux éléments doit être identique.

Drones PNF ou PNP

Les drones dénommés PNF ou bien PNP, signifiant également « connecter et voler », sont livrés sans télécommande et sans récepteur. L’achat d’un drone PNF nécessite un minimum d’assemblage et de paramétrage.

Drones ARF

Signifiant « presque prêts à voler », ces drones sont vendus en kit. De toute évidence, ils font le bonheur des pilotes plus expérimentés. Cela étant, il faut porter une attention particulière à la description du produit acheté. Les drones ARF peuvent être livrés sans moteur, sans contrôleur de vol ou même sans batterie. Suivant les constructeurs et les modèles, certains éléments constitutifs du drone devront être achetés séparément ou pas.

Maintenant que vous en savez un peu plus, lancez-vous dans l’aventure du pilotage de drones !

Article précédent
L’histoire du drone
Article suivant
L’impression 3D dans le monde du drone : la révolution

Articles liés

Menu

Copyrighted Image